Démarche, valeurs et objectifs

CREBA accompagne les professionnels pour favoriser une approche globale de la réhabilitation du bâti ancien à la croisée des enjeux énergétiques, techniques et patrimoniaux.

Contexte

La Loi pour la Transition Energétique et la Croissance Verte (LTECV) du 17 août 2015 est venue renforcer certains objectifs fixés depuis le Grenelle de l’Environnement, concernant le bâti existant : il s’agit aujourd’hui de massifier la rénovation énergétique du parc à hauteur de 500 000 logements rénovés par an. Cette massification doit par ailleurs être accompagnée par une montée en compétences des professionnels et une amélioration de la qualité des travaux de rénovation énergétique, qui constituent deux objectifs fondamentaux du programme PACTE.


Parmi les logements qui constituent le parc existant, environ 33% (soit plus de 10 millions) relèvent d’une typologie particulière, dénommée « bâti ancien ».
Cette typologie recouvre l’ensemble des bâtiments construits avant le milieu du 20ème siècle, selon des techniques, des savoir-faire et des matériaux traditionnels (pierre, pan de bois, terre crue…). Ces bâtiments anciens se dissocient fortement des bâtiments modernes, construits massivement à partir des années 1950, par recours à des techniques et à des matériaux industrialisés.

schema bati ancien bati moderne.jpg

Le bâti ancien constitue une cible toute particulière de la rénovation énergétique du parc français. Il se situe en effet à la croisée de nombreux enjeux :

  • Enjeux environnementaux : De par leur niveau de consommation énergétique moyen et de par leur nombre (33% du parc existant environ), les bâtiments anciens doivent contribuer à l’atteinte des objectifs nationaux de réduction des consommations énergétiques et d’émissions de gaz à effet de serre.
  • Enjeux culturels : Une grande partie de notre patrimoine architectural est constituée de bâtiments anciens qui ne sont pas, pour la plupart, protégés par des dispositifs spécifiques. Leur réhabilitation induit pourtant une problématique de conservation et de mise en valeur.

  • Enjeux techniques : Le bâti ancien présente des particularités constructives et un comportement hygrothermique très différent des constructions modernes. En particulier, sa forte sensibilité à l’humidité peut induire des risques de pathologie après une rénovation énergétique inadaptée (moisissures, condensation interne…)

Au travers de ces différents enjeux, il apparait que la réhabilitation du bâti ancien nécessite une approche spécifique, intégrant bien d’autres enjeux que la seule performance énergétique.

Plusieurs constats

Différentes études et autres guides, réalisés au niveau national ou territorial, permettent de disposer aujourd’hui d’un socle important de connaissances sur le comportement et les solutions de réhabilitation du bâti ancien.


Pour autant, nous pouvons faire les constats suivants : 

  • Un besoin de structuration et de centralisation des ressources et des connaissances relatives à la réhabilitation du bâti ancien

  • Un besoin de diffusion des connaissances et de partage des bonnes pratiques

  • Un besoin d’outils ayant une approche globale

Ainsi, en conciliant spécificités énergétiques, techniques, physiques et architecturales, CREBA offre un ensemble de ressources permettant une approche globale de la réhabilitation du bâti ancien.

CREBA s’appuie sur trois piliers fondamentaux 

  • La performance énergétique et environnementale du bâti ancien

  • Le respect de ses valeurs architecturales et patrimoniales

  • La prise en compte de ses spécificités techniques et physiques, afin d’éviter les pathologies et d’assurer la durabilité de ce patrimoine

L’enjeu final est de promouvoir une approche « responsable » et ainsi favoriser la qualité globale des réhabilitations.

Ces valeurs et principes sont répertoriés dans la charte de réhabilitation responsable du bâti ancien